Test PS4 : Yoga Master et Box VR “Comment j’ai survécu au confinement”

J’ai eu de la chance que le Playstation Store lâche un peu la bride en mars et en avril, proposant quelques réductions sympas. J’ai ainsi pu essayer deux applications fort sympathiques qui, mine de rien, m’ont vraiment aidé à me dépenser physiquement pour moins cher qu’une salle de sport. Alors je me suis dit que Yoga Master et Box VR pouvaient en intéresser certains.

Oui, parce que deux mois, c’est long. Surtout quand on n’a rien prévu pour traverser cette terrible épreuve (dixit celui qui passe sa vie enfermé, avec assez de chocolat, de whisky, de films et de jeux pour survivre à deux fins du monde). Comme vous, j’ai beaucoup plus mangé que bougé durant cette période. Et mes années de Viet Vo Dao et de muscu étant désormais loin derrière moi, mon bide allait ressembler à Gérard Depardieu. Pas à son ventre, hein : au bonhomme entier ! Heureusement que j’ai trouvé un plan B.

Yoga Master : plus qu’un jeu, un art de vivre

Yoga Master n’est pas un jeu. D’ailleurs, il vous le rappelle deux fois d’affilée quand vous lancez l’application. En gros, il vous avertit qu’il faut pratiquer sérieusement, et surtout, si vous vous blessez, vous êtes seul responsable. Maintenant que vous êtes prévenu, vous pouvez y aller.

Yoga Master est un coach pour apprendre ou continuer à pratiquer le yoga “à la cool”. Vous pouvez sélectionner un programme parmi la centaine proposés, ou entrer les caractéristiques dans le coach automatique, qui se chargera de trouver les plus adaptés à vos critères. vous pouvez désigner votre poids, votre taille, votre âge, la durée souhaitée du programme, votre objectif (renforcement, force, souplesse, etc.) et bien d’autres. Mais vous pouvez, bien sûr, constituer vos propres programmes, si vous voulez perfectionner la posture de Garuda ou celle de l’Arbre. Chacun son truc. Même l’ambiance musicale, l’environnement et l’éclairage (jour, coucher de soleil, nuit, etc.) sont à votre convenance.

Yoga Master

Théoriquement, le yoga, ce ne sont pas des pilates. Le but est ici de suivre les instructions en respirant en rythme, sans se stresser ni se forcer (d’où les avertissements au lancement de l’appli). Vous n’avez qu’à regarder et copier votre prof, un joli avatar virtuel. Si vous avez une Playstation camera, vous pouvez vous admirer et comparer votre posture avec celle exécutée à l’écran. Moi, ça me distrait plus qu’autre chose, mais c’est à vous de voir.

Box VR : the eye of the tiger

Yoga Master est parfait pour s’exercer sans se forcer. Mais il faut quelque chose d’un peu plus dynamique si vous voulez suer. C’est là qu’intervient Box VR, ou quand Rocky Balboa rencontre Guitar Hero. Comme son nom l’indique, Box VR est jouable uniquement avec le Playstation VR. Mais il vous faut aussi disposer de deux Playstation Move, un dans chaque main pour figurer vos poings.

Box VR est plutôt bien fignolé pour un jeu de sport virtuel. Il était déjà sorti un an plus tôt sur PC, et si j’ai bien compris, il a bénéficié de deux ou trois ajouts (notamment musicaux) pour son passage à la PS4. Tant mieux, donc. J’ai payé pour l’expérience la plus complète.

Box VR

Le jeu lancé, vous vous retrouvez dans un vestiaire virtuel, face à un tableau qui vous permet de choisir votre entraînement, voir vos stats et calibrer vos Moves. Comme avec Yoga Master, Box VR vous permet de composer vos propres séances d’entraînement. Un encart en bas du tableau vous propose aussi de suivre “la classe du jour”. Cet entraînement peut aller de 7 mn à 1h, sans que j’aie constaté de réelle cohérence ou de progression de l’un à l’autre. C’est juste à vous de décider, quoi.

La liste d’entraînements préprogrammés est assez gargantuesque. Vous pouvez en choisir genre deux douzaines dans chaque catégorie de temps (moins de 10mn, entre 10 et 25mn, etc.), ce qui vous garantit pas mal d’heures de sport. Et le jeu suit votre progression quotidienne. Si vous avez un objectif, le tableau vous indiquera si vous l’avez rempli. Pratique.

Box VR

Box VR ou boxe pour les nuls ?

Quant à la manière de “jouer”, c’est facile. Vous avez vos deux poings et divers types de mouvements à effectuer, en changeant alternativement de position sur vos pieds. Jabs, uppercuts, crochets, directs, blocages, squats doivent être réalisés tandis qu’on vous envoie des ballons colorés (à frapper) ou des obstacles (à parer ou à éviter).

Ce n’est pas trop difficile de comprendre ni de choper le rythme, d’autant que la musique accompagne vos mouvements. Si vous avez le groove dans la peau, vous vous en sortirez. Je suis agréablement surpris par le degré de précision constaté avec Box VR, même si j’ai bien quelques réserves à son sujet :

  • Dans certaines occasions, vous aurez quand même le sentiment d’être passé au travers d’un ballon sans l’avoir touché. Ou inversement, d’avoir foiré un mouvement que le jeu considère réussi.
  • Vous allez rapidement suer. Si vous oubliez d’enfiler un bandana avant de commencer, vous risquez d’inonder votre casque VR ou de générer de la condensation sur les lentilles. C’est gênant pendant les longues sessions.
  • Le câble du PS VR dans votre dos peut gêner vos mouvements, si vous ne lui laissez pas assez de jeu.
  • Il n’y a pas de coach ni de modèle virtuel. C’est à vous de réaliser les mouvements comme bon vous semble, quitte à mal procéder.

Alors oui, ça peut faire râler de devoir rajuster son casque parce qu’on ne voit plus rien, ou parce qu’on se prend les pieds dans les fils. On peut aussi bisquer en voyant un taux de réussite de “seulement” 99%, parce que Box VR n’a pas tenu compte de ce moment où vous êtes pourtant sûr que vous avez fait mouche. Mais on est là pour transpirer, pas vrai ? Même après dix petites minutes, on sent que le jeu remplit son objectif. Perso, j’en fait en moyenne 80mn, parfois 60 d’un coup, parfois fractionnées, et ça me permet de bien me défouler.

Box VR

En résumé, ça fait suer, mais dans le bon sens

En alternant avec une petite session de Yoga Master, je peux vous dire que ça fait un bien fou au corps et à l’esprit. Ne rêvez pas, avec Box VR vous ne deviendrez pas le prochain Rocky Balboa. Mais vous ne deviendrez pas non plus la doublure silhouette de Gérard Depardieu. C’est déjà ça.

LES + :

  • Pas trop cher la facture, pour travailler (presque) comme en salle de sport.
  • Des programmes très complets, et pas mal d’options pour personnaliser son entraînement.
  • La précision globale de Box VR est franchement surprenante.

LES – :

  • Box VR a beau être soigné, il a encore quelques ratés de détection.
  • N’oubliez pas : vous êtes seul responsable si vous vous blessez. C’est logique, mais autant le rappeler.

Critique : Sahara "Injustement enterré"

22 juin 2020

Critique expresse : Balle perdue "Petit bras deviendra gros"

22 juin 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *