Mort Subite

Darren McCord (Jean-Claude Van Damme) est un ancien pompier de Pittsburgh traumatisé par la mort d’une fillette dans ses bras. Aujourd’hui, il n’est plus qu’un technicien de maintenance en charge de la sécurité incendie du grand stade de la ville. Le soir du match de fin de saison, auquel assiste le vice-président en personne, il emprunte ses deux enfants à son ex-femme en croyant faire plaisir à tout le monde. Mal joué. Le terrifiant Joshua Foss (Powers Boothe) a recruté les plus sales gueules du comté pour investir la loge présidentielle, piéger les lieux avec des bombes, et réclamer une colossale rançon de 1,7 milliards de dollars ! A la fin de la rencontre, si l’argent n’est toujours pas transféré, Foss n’hésitera pas à tout faire sauter. S’il y a une chose que McCord n’a plus envie d’être, c’est un héros. Malheureusement, s’il veut sauver ses enfants, il n’a pas vraiment le choix…

La citation qui tue

(McCord : ) Pourquoi vous ne me croyez pas ?! Le pingouin avait un flingue !
(Un sceptique : ) Oui, tous les pingouins en ont un…

Mort Subite

Die Hard à la chaîne

Durant la deuxième moitié des 90s, tout ou presque avait été fait dans le repompage de Piège de Cristal. Certains exploitèrent encore le filon tel The Rock en 1996, tandis que la franchise de Bruce Willis avait déjà changé d’orientation avec le jouissif Une Journée en Enfer en 1995. Nanars de tous poils continuèrent pourtant de fleurir dans les vidéoclubs, et leurs affiches d’orner les halls d’entrée des cinémas. Même Steven Seagal s’y était collé deux fois, pour un résultat plus ou moins savoureux (le diptyque Under Siege). Ne manquait plus que JCVD, et c’est en 1995 que débarqua Mort Subite, son Die Hard à lui.

Une sortie déjà tardive pour le genre. La même année, Une Journée en Enfer, seconde suite à Piège de Cristal, prophétisait la prochaine grande mutation du film d’action avec ses expérimentations « cinéma vérité », que Paul Greengrass sacraliserait plus tard avec Jason Bourne et La Mort dans la Peau (2004). Quant à Piège à Grande Vitesse, deuxième Under Siege avec Steven Seagal, il ne se cache pas d’être parodique, second degré et pétage de plombs étant la direction logique pour une formule approchant son dixième anniversaire.

Mort Subite

Coincé entre les deux, Mort Subite tient tout entier sur un prétexte sentant le fond de gamelle. Imaginez les execs à Hollywood, en réunion avec leurs scénaristes : « On a fait l’avion, le bus, le bateau, la montagne… Il reste quoi ? – Alcatraz ? – Mais non, débile, ça marchera jamais (jusqu’à The Rock). – Une patinoire ? – Banco ! » (On rigole, la vraie genèse du film étant dévoilée dans les bonus). Mort Subite s’en tient à ça avec un sérieux imperturbable. Ce n’est pas un tort. Mais le Die Hard-like étant déjà un sous-genre éculé, et la franchise initiatrice ayant révisé sa formule dans Die Hard 3, comment le réalisateur et sa star allaient-ils nous épater ?

Peter Hyams et l’ousider

Peter Hyams n’a, hélas, jamais autant marqué les spectateurs que dans le sillage d’autres œuvres. Il est très talentueux et sa filmographie est à (re)découvrir d’urgence. Mais les gens semblent se souvenir surtout de Outland, 2010 et Timecop. Soit un western spatial emprunt de l’ADN d’Alien, la suite tardive de 2001 et sa première collaboration avec le karatéka belge. Naturellement, si on se rappelle Mort Subite, c’est avant tout pour sa déclinaison de Die Hard 1 & 2.

Mort Subite se prend très au sérieux malgré des pointes d’humour de-ci de-là. C’est drôle quand on pense que la première mouture du script livrait une comédie d’action. Peter Hyams favorise la gravité, y compris visuellement puisque, directeur photo ici, il privilégie les noirs profonds et les éclairages oppressants. Cette esthétique donne, faussement, l’impression que le film est dépourvu d’humour ou de recul sur sa propre bêtise (ce qu’une scène évoquée plus bas contredit totalement). Une autre raison, peut-être, serait justement ce qui a attiré Jean-Claude là-dedans. Il a ici l’occasion de jouer un type ordinaire « façon John McClane ». Un père aimant et dévoué, traumatisé par ses échecs, et qui doit les surmonter pour sauver ses enfants.

Cette intention a des conséquences également sur le spectacle. On est loin du surhomme monté sur ressorts vu dans Chasse à l’Homme deux ans plus tôt. Jean-Claude adapte sa chorégraphie en faveur de coups plus bruts et moins gracieux, reléguant au placard son fameux grand écart. L’homme normal a ses limites. Toutefois, parce qu’il faut se distinguer, McCord tient autant de McClane que de McGyver. Il est capable de se suspendre dans le vide et de tuer des méchants aussi bien que de bricoler des gadgets à usage unique. Quand même, le pompier qui fabrique des bombes et des lance-flammes artisanaux, moi, ça m’inquiète un peu…

On ne s’ennuie pas

Récapitulons :

  • Méchants trucidés méthodiquement avec sadisme et inventivité > check.
  • Environnement singulier exploité à fond > check.
  • Scène de foule en panique > check.
  • Famille à sauver > double check.

Mort Subite coche toutes les cases. Son point de départ est assez débile et il ne fait pas preuve d’une imagination débordante. Mais il a le mérite d’exploiter à fond son décor et d’offrir quelques plans spectaculaires. Le film est solide, tout comme son méchant, à placer en haut de la pile des émules de Hans Gruber.

Si les blagues et la légèreté ont l’air de manquer, c’est que le bad guy a tout gardé pour lui. Plus réussi est le méchant, meilleur est le film, et alors là, rayon c#nn@rds haut-de-gamme, le regretté Powers Boothe nous livre un portrait inestimable de salaud gravé à l’or fin, du genre à faire pleurer des malfaisants de légende comme John Lithgow et Ron Silver. Chacune de ses répliques est tour à tour un régal de méchanceté, de sadisme et d’ironie piquante.

Avec un cynisme et une dérision non-stop, Joshua Foss (dont le spectateur n’entend jamais le nom de tout le film) semble le seul à avoir conscience que son monde n’est qu’une farce méritant qu’on s’en moque gentiment. Mort Subite vaut le coup d’être vu pour lui.

La scène à voir

À la poursuite de sa fille, enlevée par la mascotte de l’équipe locale, McCord aboutit dans les cuisines désertées face à la kidnappeuse. Mais c’est en réalité une tueuse d’élite qui porte le costume rembourré du pingouin géant. Elle lui monte un bateau pour tenter de l’abattre au pistolet, mais le cave se rebiffe en utilisant tout les équipements présents : friteuse, ventilo, lave-vaisselle, assaisonnements… Et c’est drôle. Une vidéo vaut mieux qu’un long discours.

ASTUCE DU CHEF : Ne jetez pas vos restes ! Si un faux agent de sécurité veut vous attaquer, tuez-le avec un os de poulet !

Quelques minutes d’auto-dérision empruntées aux Looney Tunes, dont Peter Hyams était fan. Comme quoi, le réalisateur est lucide et sait faire preuve d’humour quand c’est nécessaire.

Beaucoup considèrent Mort Subite comme l’un des meilleurs films de JCVD. On le doit à trois choses : sa bonne tenue artistique, un Jean-Claude qui a l’occasion d’explorer davantage sa facette d’acteur, et bien sûr, le fait qu’il descende d’une référence du genre. C’est comme Alien. Malgré des suites de moins en moins bonnes ou bien reçues, Piège de Cristal reste un gage de qualité. C’est toujours flatteur d’y être comparé.

Le point sur l’édition

La présente édition semble légère par rapport aux précédentes, dont Chasse à l’Homme, et surtout Cyborg. Ce collector de Mort Subite est très complet, mais il n’y a finalement pas grand chose à révéler sur le film.

Les goodies suivent la même formule depuis Double Impact. Cette box VHS contient un mini magazine KO Mag instructif et dix photos de tournage. Curieusement, quatre sont consacrées à des explosions. Cela laisse songeur quant aux clichés exploitables ou pertinents que l’équipe a pu trouver. Pas grave, ils se rattrapent avec… un magnet. Il est heureusement moins maousse que celui de Cyborg, reproduisant un ticket pour le match du film. Pour info, lors de tous les autres unboxing vus sur le net, le chiffre dessus reste inchangé. Il ne s’agit donc pas du numéro de série de l’édition. Désolé, les gars. Enfin, on a droit à un mini poster sympa.

Mort Subite

Dans le Bluray, outre la BA, on a la suite de la rétrospective JCVD par Arthur Cauras, initiée sur Chasse à l’Homme. On a ensuite une intervention de dix minutes par Hélène Merrick, journaliste de cinéma, venue parler du film. Enfin, un documentaire commenté par Alexandre Jousse résume pendant vingt minutes la carrière de Peter Hyams. Un hommage sympa à ce réalisateur touche-à-tout, mésestimé à cause d’une fin de carrière qui tâche (La Fin des Temps, D’Artagnan, A Sound of Thunder). Le DVD ne contient que les bonus par Arthur Cauras et Hélène Merrick.

Prolongations

Difficile de critiquer ce collector. ESC a prouvé que leur format VHS accueillait vraiment les éditions les plus complètes des opus de JCVD, et on sait que d’autres titres alléchants vont arriver dans les prochains mois. Il est simplement dommage que Mort Subite n’ait finalement pas grand chose à offrir en dehors du film lui-même.

Bon, le chapitrage est encore et toujours absent des menus, mais chez ESC, c’est comme ça, alors on va pas se plaindre à chaque fois. Et l’illustrateur fait toujours un super boulot, mais… S’il te plaît, Monsieur, décide-toi enfin sur la disposition des logos. J’aime bien que mes films aient la même tête sur l’étagère. 😉

Mort Subite

Mort Subite sera disponible le 21 avril 2021 chez ESC éditions, en boîtier collector VHS, en combo Blu-ray + DVD ou DVD simple.

Laisser un commentaire