Test PSVR : Immortal Legacy, The Jade Cipher “Unchartevil Gear Solid”

Immortal Legacy The Jade Cipher

Tyre est un soldat spécial parachuté sur une île des mers d’Asie. Mission : retrouver une équipe d’archéologues portée disparue. Souci n°1 : l’endroit est aux mains de mercenaires mal lavés, « façon Uncharted ». Souci n°2 : ils sont à la solde de super-vilains sortis d’une contrefaçon hongkongaise de Metal Gear Solid. Et souci n°3 : des excavations sur l’île ont déterré les expériences menées par Umbrella une ancienne dynastie chinoise. Or, ces horreurs sont toujours bien vivantes et dangereuses pour la santé. Heureusement, vous êtes aux aguets et armé. Et pour un jeu VR copiant pas mal d’autres titres, Immortal Legacy, The Jade Cipher surprend agréablement à plusieurs niveaux.

VR-aiment agréable à manier

Je préfère avertir ceux qui voudraient s’y frotter. Immortal Legacy, The Jade Cipher est un plaisir à manier… à condition de bidouiller un peu vos options de maniabilité. Parce que sans cela, Tyre se déplace avec autant de grâce et de légèreté qu’une bétonneuse aux pneus crevés. Or, durant les affrontements, il est vital de savoir bouger. Un conseil, donc : dès vos premières minutes, expérimentez pour trouver le meilleur compromis. Je recommande la vitesse de déplacements maximale, et de jouer confortablement assis dans un siège (un tant soit peu) articulé. Vous limiterez le motion sickness, et vous progresserez sans trop de frustration.

Immortal Legacy The Jade Cipher

Il va aussi falloir vous familiariser avec une disposition des commandes un peu atypique. Mais bien que cela semble avoir posé problème à plusieurs joueurs, je m’y suis très vite habitué. J’ai même énormément apprécié ma liberté de mouvement dans le jeu, encore plus lors de mon second run. Mais peut-être que ce ne sera pas le cas de tout le monde. Dommage, vous passerez alors à côté d’une excellente expérience de jeu en VR.

Made in China

Immortal Legacy, The Jade Cipher est développé par un studio chinois. Tu m’étonnes ! Plus pour la blague que pour être mauvaise langue, je dirais que le jeu sent la contrefaçon. Celui qui achète souvent au rabais sur Internet sait que c’est quitte ou double. Soit la copie est agréablement réussie… soit tu en as pour ton argent, radin ! Si l’on doit faire la comparaison, le jeu est un Uncharted en VR, dont l’intrigue se situe au croisement de Metal Gear Solid et Resident Evil VII. A priori, c’est un fourre-tout opportuniste de la part d’un studio qui aimerait surtout se faire remarquer.

Immortal Legacy The Jade Cipher

Sauf que la sauce Immortal Legacy, The Jade Cipher prend bien, et qu’en plus, il est jouable et fun. C’est dingue, non ? C’est parce que le jeu enchaîne des phases de gameplay aussi diverses que prenantes. Un coup vous défouraillez des sales types en moulinant des guns comme Chow Yun-Fat. L’instant d’après, vous traversez à pas prudents un réseau de grottes mal éclairées. Et de temps en temps, parce qu’il faut s’en prendre plein les yeux, vous arrosez de plomb un boss colossal.

The Jade Cipher ne fait pas d’histoire

C’est un jeu VR soigné, mais pas par un gros studio comme Capcom. Il est donc plus court et moins léché que Resident Evil VII. Mais ses limites se ressentent aussi dans le scénario. Tyre a un mystère familial à résoudre, en plus d’avoir un passif avec les fameux monstres kojimesques évoqués plus haut. Dommage, rien de tout cela ne va plus loin que le détail ou une apparition cinématique.

Immortal Legacy The Jade Cipher

En plus de cela, le jeu se termine après quatre petites heures, juste quand les choses évoluent un peu (vers un trip esthétiquement plus proche de Halo ou Gears of War). Quand défile le générique de fin, il n’y a point eu de réponses, ni d’affrontements de boss charismatiques ou pertinents. Juste des pistes lancées pour une hypothétique suite. C’est dommage. Mais si elle arrive, et si elle est aussi prenante et encore plus maniable, j’attendrai.

Le jeu qui se joue en VR-ai

Heureusement que Immortal Legacy, The Jade Cipher est un jeu. Il s’occupe de cet aspect très bien. La réactivité de Tyre est au poil (tant mieux, car il ne court pas très vite !). Et le level design est linéaire mais pas trop, trouvant le bon compromis entre vos capacités de mouvements et la difficulté générale. Émule réussi d’Uncharted, le titre offre moult notes à lire, mais aussi des puzzles simples et ludiques. Parfois, c’est redondant et à deux doigts du naze (au bout du dixième labyrinthe à billes déverrouillant un coffre, vous en aurez marre). Le reste du temps, c’est une question de logique et d’observation. Enfin, à l’instar de Blood and Truth, vous allez devoir jouer des bras pour escalader une corniche ou flinguer deux types à la fois.

Immortal Legacy The Jade Cipher

Cela va sans dire, mais rayon flingues, vous avez du stock. Entre la Winchester façon T2, les différents types de pistolets à « dual wield-er », les mitrailleuses, fusils snipers et autres explosifs, vous ne serez jamais malheureux. Sauf, peut-être, dans la deuxième moitié de l’aventure, une fois face à des ennemis surnaturels. Ils sont bien plus rapides et agressifs que les mercenaires, et il est souvent difficile de réagir proprement au corps-à-corps. Ces espèces de zombies vous collent si près que vos tirs leur passent souvent à travers, et si vous ne portez pas votre machette, aïe, aïe, aïe ! Puisqu’on y est, le boss final est une enflure qui ne vous laisse aucune chance. Si vous ne flinguez pas ses points faibles à temps (et vous avez TRÈS PEU de temps), bye-bye.

Armes à gogo

En matière d’action, le présent titre se situe un cran en-dessous de Blood and Truth. Mais je crois avoir globalement plus apprécié cette nouvelle expérience. Tout ne tient pas qu’au flinguage de truands, ici. Quand vous ne shootez pas à tout va dans des canyons ou des temples en ruines, vous explorez des mines abandonnées, en repoussant des piranhas à coups de machette. Vous faites sauter des éboulis, vous éclairez des choses humanoïdes tapies dans l’obscurité, vous évitez des pièges mortels sortis de Tomb Raider

Immortal Legacy The Jade Cipher

Tout ça, dans la même continuité et, grâce aux déplacements libres, au rythme qui vous sied. Blood and Truth vous imposait sa musique. Quelque part, Immortal Legacy, The Jade Cipher vous laisse trouver votre tempo (allez-vous rusher comme un bigleux à travers les mines, ou ralentir par prudence ?).

Je regrette que Immortal Legacy, The Jade Cipher ne soit qu’un échauffement pour le développeur et une mise en bouche pour le joueur. Techniquement, le jeu fait le job, avec des textures et couleurs peu diversifiées, mais convaincantes. La maniabilité est très agréable, mais elle doit encore être peaufinée dans les combats. Quant à « l’histoire », il ne s’agit que d’un préambule de quelques heures, ce qui laisse sur sa faim. Verra-t-on seulement un Jade Cipher 2, un jour ? Personnellement, j’aimerais bien. En attendant, Immortal Legacy, The Jade Cipher est unique et réussi dans son (ses) genre(s), à tel point qu’il me fait rêver de pouvoir jouer à Uncharted ou RE VII avec mes moves. J’avoue qu’un remake de RE : Gun Survivor en VR, avec la même maniabilité, ça me ferait saliver…

Immortal Legacy The Jade Cipher

LES + :

  • Mélange surprenant et réussi entre plusieurs ingrédients à succès (l’aventure d’Uncharted, les délires de MGS, l’horreur de RE, la VR).
  • Environnements et puzzles convaincants.
  • Maniabilité à laquelle il faut s’habituer, mais qui se révèle souple et appropriée par la suite.
  • Level design bien pensé, avec des phases aussi diverses qu’efficaces.
  • Armes et gunfights trippants.

LES – :

  • Un peu court (4h de jeu environ).
  • Ce n’est que le prologue à une aventure qu’on ne vivra peut-être jamais.
  • Le combat au corps-à-corps gère mal ce qui est rapide et nerveux… comme les ennemis de la deuxième partie du jeu.
  • Le personnage de Cookie Pie, tellement kitsch et sans importance qu’on se demande ce qu’elle fait là.
  • Les bras de Tyre, qui se tordent un peu trop dans tous les sens… mais c’est “tordant”.

Test rétro : bilan mois de juin 2020

6 juillet 2020

Critique expresse : The Old Guard "Very old school"

6 juillet 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *